Un article de Wendy Nève

Jadis, on roulait les « r » en faisant « rouler » la pointe de la langue contre l’avant du palais. Aujourd’hui, cette jolie articulation est tombée en désuétude : au lieu de cela, on articule un « r » dans lequel le haut de l’arrière de la langue provoque un petit frottement contre le voile du palais. Ce frottement est plus ou moins fort selon les régions géographiques : grasseyé en Wallonie (assez marqué), spirant à Paris (très discret).

À ce sujet, voici une précision linguistique amusante. Aujourd’hui, si un francophone entend un « r » roulé, il sera surpris, car il entend distinctement la différence avec un « r » grasseyé : il les reconnaîtra pour deux sons différents. Mais le remplacement du « r » roulé par le « r » grasseyé changera-t-il le sens du mot ? Pas du tout ! Parce que ces deux sons distincts ne sont que les variantes d’un même phonème, en français.

Mettons donc en parallèle le « r » (de renard) et le « l » (de loup). Pour dire « l », on pointe la langue contre le haut du palais, et l’air passe des deux côtés de la langue. On dit que c’est une consonne liquide.

On entend « r » dans : rat, rend, rouge, rouler, arbre, hérisson, air, mare, grand, lire. En alphabet phonétique international, ce phonème s’écrit /ʁ/ ; en alfonic r.

On entend « l » dans : , lent, louche, hululer, aller, aile, mal, gland, Lille. En alphabet phonétique international, ce phonème s’écrit /l/ ; en alfonic l.

Lorsque tout le monde roulait les « r », sans doute arrivait-il qu’on confonde « r » et « l » si on entendait mal. Aujourd’hui qu’on articule des « r » grasseyés ou spirants, on ne risque plus vraiment de le confondre avec « l » :

  • Ce n’est pas pour aller au bar que j’enfile mes souliers de bal !
  • Ma voiture a coulé une bielle ; tandis que je m’offre une bière.
  • Ce n’est pas laid, une raie.
  • On ne mange pas du riz au lit.
  • Sous la lune, le Viking lisait des runes.
  • J’ai l’air d’avoir des ailes ?

Aujourd’hui, le renard fait la course avec le loup. Dans notre jeu ci-dessous, ce sont les mots en « r » qui s’opposent aux mots contenant « l ».

Bon amusement !

Illustration : Wendy Nève.

Un commentaire sur « Le renard et le loup : course entre « r » et « l » »

Répondre à fxneve@uliege.be Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s