Un article de Wendy Nève

Pour prononcer les phonèmes « ô » et « o », on fait un petit rond avec ses lèvres. Pour le « ô » (comme dans peau), on ferme la bouche un peu plus que pour « o » (comme dans port). Les linguistes disent que « ô » est une voyelle fermée, alors que « o » est une voyelle ouverte.

On entend « ô » dans : aube, chaud, maux, tôt, veau, beau, bateau.
On entend « o » dans : port, folle, motte, tordre, vol, bol, pistole.

Dans la plupart des cas, les francophones font très bien la différence entre ces deux sons :

  • Je prends cette pomme dans ma paume.
  • Je plante un saule dans le sol.
  • Je suis très beau dans mes bottes neuves.
  • Je jette un sort à un seau.
  • Viens donc à bord de mon bateau !
  • J’ai trouvé de l’or au fond de l’eau.
  • J’avais si chaud dans ce fort que je transpirais par tous les pores de la peau.

En France, en fin de mot, la voyelle ouverte et la voyelle fermée se confondent : on prononce « ô » partout : dans beau, manteau, gâteau, croc, chaud, faux, mais aussi dans gros, sot, sabot.

En Belgique, c’est différent : lorsqu’un mot se termine par -ot ou –os, on aura tendance à utiliser partout la voyelle ouverte : on dira sot, haricot, mot, gros exactement comme sol, percole, motte, bosse. Est-ce que c’est grave, laid, malséant ? Non, c’est une particularité régionale. Bourvil lui-même s’exclamait : « Mais c’est idiot, vot’ jeu ! » en prononçant le « o » d’idiot comme dans idiote.

Dans le Midi, on observe plutôt l’inverse : ce qu’on articulerait « ô » dans le Nord se dit « o ». Francis Cabrel n’offre-t-il pas « des milliers de roses » (avec un « o » ouvert) à sa petite Marie ?

Faut-il gommer les accents ? Supprimer l’aspect chantant ou pittoresque d’une langue ? Seuls les présentateurs de télévision ou de radio font l’effort d’avoir une diction aussi « neutre » que possible pour être compris de tous, ce qui est une fort bonne raison. Mais vous et moi pouvons très bien garder, et chérir, les mots et les sons que nos familles nous ont transmis : ces spécialités sont une part de notre identité. Réjouissons-nous plutôt que des personnalités publiques et célèbres aient la fierté, en notre nom, d’arborer leur accent au parfum de chocolat belge ou de lavande !

Le jeu de classement ci-dessous, avec quelques intrus, permettent de bien identifier « ô » et « o ». Volontairement, dans ce jeu en alfonic, nous n’avons pas utilisé de termes dont la prononciation varie régionalement, mais libre à vous d’en ajouter.

Bon amusement !

Illustration : Wendy Nève.

Un commentaire sur « Un bateau dans ma poche : jeu sur « ô » et « o » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s