Un article de Wendy Nève

Pour la fête des mères et la fête des pères, une joyeuse tradition veut que les enfants récitent de petites poésies à leurs parents. Souvent sont choisis les ravissants poèmes de Maurice Carême, mais bien d’autres auteurs talentueux ont écrit des textes très jolis et simples pour des enfants.

En voici quelques-uns en alfonic, que l’on peut lire et réciter en classe, puis à la maison.

Dans la poésie versifiée, il faut prononcer les e muets qui précèdent une consonne pour conserver le rythme des vers. En alfonic, nous les avons transcrits avec l’apostrophe.

Et certains « i » s’articulent en semi-voyelle. Pour éviter de les confondre avec la pleine voyelle « i », nous les transcrivons alors avec l’y. Un petit exemple :

  • lumièr se dit « lu-mi-ère » en trois syllabes,
  • lumyèr se dit « lu-mière » en deux syllabes.

À l’inverse, garder l’i rappelle qu’il faut prononcer la diérèse :

  • tw devyï se dit « tout de-vient » en trois syllabes,
  • tw deviï se dit « tout de-vi-ent » en quatre syllabes.

De nombreux enfants sont friands de rimes et de rythmes, dont ils comprennent instinctivement le charme.

Pour aller plus loin : et si on demandait aux enfants d’écrire leur propre poème en alfonic ? Surprise garantie pour les parents !

Bon amusement !

Image : © Croisy (Pixabay).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s