Un article par Wendy Nève

Écrire les sons

En alfonic, un son est représenté par une lettre, toujours la même ; une lettre représente un son, toujours le même. L’alfonic est-il vraiment aussi simple que cela ? Mais oui ! Pour l’enfant (ou l’apprenant adulte), c’est l’occasion d’identifier avec certitude tous les phonèmes (les sons utilisés) en français. Pour l’enseignant, c’est le bon moment pour vérifier que la prononciation de son élève est correcte.

Voici un tableau qui reprend tous les sons du français : 10 voyelles orales (+ 2 voyelles longues), 4 voyelles nasales, 4 semi-voyelles et 18 consonnes. Ça en fait des sons à repérer, non ? Mais il est plus logique de fixer d’abord les phonèmes. Une fois que cet apprentissage-là est bien maîtrisé, l’élève passe à l’orthographe de manière beaucoup moins crispée.

Identifier les phonèmes

Dans la plupart des cas, il est indispensable que l’enseignant fasse bien entendre et prononcer les phonèmes à son élève.

Un phonème est un « son spécifiquement utilisé » dans une langue. D’une certaine manière, un phonème est un « bruit utile », qu’il faut savoir reconnaître et reproduire si on veut parler une langue. La bouche humaine est capable de créer des tas de bruits différents et amusants – mais tous ne sont pas utiles pour parler dans ma langue.

De manière plus précise, le phonème est la plus petite unité de son significative. Prenons un exemple : grive et grave veulent-ils dire la même chose ? Non. Quels sont les sons qui distinguent les deux mots ? On entend que c’est « i » et « a ». Cela signifie que le son « i » et le son « a » sont bien deux phonèmes distincts en français.

Autre exemple : saule et sole sont-ils le même mot ? Non. Ce qui les distingue, ce sont les sons « ô » et « o ». Donc « ô » et « o » sont deux phonèmes distincts en français.

Dernier exemple : tard et dard sont-ils la même chose ? Non. La différence d’articulation entre « t » et « d » fournit une différence de sens.

Et si je n’entends pas tous les sons, c’est grave ?

Dans certains cas, on peut « confondre » certains phonèmes, parce que leur usage les rend très proches. Si je prononce « je pleure » avec un « eu » fermé (comme dans bleu), mon interlocuteur trouvera que j’articule bizarrement. Mais il n’y aura pas de différence de sens. On peut donc dire que les sons « e » et « eu » se confondent en un seul phonème. Cependant, si l’enfant entend la différence, on recommande de le laisser transcrire ces deux phonèmes distincts en alfonic.

À Paris, beaucoup de gens ne font plus la distinction entre le son « in » de brin et « un » de brun. Est-ce grave ? Non, c’est une évolution de la langue. Mais l’enseignant peut faire remarquer que, pour faciliter le futur passage à l’orthographe, il vaut mieux, dès l’alfonic, noter la différence entre les deux sons.

Corriger la prononciation ou non ?

L’alfonic permet d’écrire comme on entend. N’hésitons donc pas à féliciter l’enfant qui a identifié précisément les sons qu’il articule, même s’il a un accent très prononcé.

Ensuite, c’est à l’enseignant de décider s’il faut, ou non, encourager l’élève à modifier son accent, et dans la foulée, sa manière d’écrire en alfonic. Certains accents passent pour lourds et populaires, tandis que d’autres évoquent le charme des vacances. Il y a deux questions à se poser. D’abord : cet accent risque-t-il de constituer un jour une source d’ennuis pour l’élève ? Ensuite : telle prononciation, qui mélange certains phonèmes, compliquera-t-elle l’apprentissage de l’orthographe, plus tard ? Si on répond oui à ces deux questions, il est sans doute légitime que l’enseignant choisisse de corriger avec bienveillance la prononciation (et donc la graphie alfonic) de son élève. « Est-ce que tu entends comment parle la présentatrice à la télé ? Est-ce que tu es capable de dire comme elle ? » Et l’embrasser sur les deux joues s’il parvient à modifier son articulation.

Pour davantage d’informations et d’exemples, on se reportera au livre de François-Xavier Nève, Alfonic. Écrire sans panique le français sans orthographe, Liège, 2019.

5 commentaires sur « Un son égale une lettre »

  1. Je me permets de signaler la sortie en version expérimentale d’un logiciel gratuit en ligne, le « phonographe » ou « clavier phonographémique », qui permet à un apprenant d’écrire à partir de ce qu’il entend, comme en alfonic (mais ici une palette de 36 couleurs remplace les 36 graphèmes alfonic):
    – Dans un premier temps, l’apprenant code les sons sur un clavier où chaque son est figuré par une couleur et le dessin de son articulation.
    – Le choix du son-couleur étant effectué, le logiciel présente toutes les graphies possibles pour ce son, entre lesquelles il doit choisir.
    Dans une prochaine version du logiciel, pour permettre un travail en totale autonomie, les choix inacceptables du point de vue phonétique ou orthographique seront refusés.
    Ce logiciel est l’aboutissement de longues années de recherche d’un enseignant, Alexandre Do,, en collaboration avec un collectif d’universitaires grenoblois;
    http://phonographe.puresky.fr/

    J'aime

    1. Bonjour Monsieur Jeannard,
      Merci pour cette information intéressante. Si je comprends bien ce logiciel, chaque son y est associé à un pictogramme montrant son articulation précise. C’est un beau travail!
      Mais je vois que chaque pictogramme est explicité par l’ensemble des graphies admises en français pour un son : c’est un fameux répertoire. Ce répertoire n’est-il pas trop détaillé pour rester intuitif?
      Je constate avec surprise que ce logiciel présente les suites orthographiques « oi » et « oin » comme un seul son, alors qu’elles comportent chacune deux sons : la semi-voyelle « w » suivie de la voyelle « a » ou de la voyelle nasale « in ». Je suppose que c’est pour favoriser le passage à l’orthographe. Mais cela ne risque-t-il pas de perturber la compréhension articulatoire des apprenants?
      En tous cas, bravo pour ce logiciel : peut-être pourrait-il être utilisé en parallèle de l’alfonic?
      Je constate avec amusement que les consonnes et voyelles nasales (m-n-« in »-« an »-« on »-« un ») sont représentées par deux points signifiant les narines : comme en alfonic. :o)
      Bien à vous,
      Wendy Nève

      J'aime

      1. Bonjour.
        Merci pour votre intérêt pour le clavier phonographémique que j’ai présenté. Il est basé sur le matériel de la lecture en couleurs inspiré par Caleb Gattegno.
        Regardez mieux: les suites orthographiques « oi » et « oin » ne sont pas traitées comme un seul son, elles ont 2 couleurs.
        Est-il pédagogique de proposer toutes les graphies du français (environ 650) ? Les jeunes enfants « nagent » sans s’angoisser dans l’inconnu du langage adulte, avant que les évaluations scolaires leur enseignent la peur de ne pas savoir. Ce clavier est comme un dictionnaire: il permet de trouver à coup sûr la graphie, même rare, dont on a besoin. Personne ne reproche au dictionnaire de contenir trop de mots: quand on a trouvé celui qu’on cherche, on peut ignorer les autres.
        Remarquez que les graphies les plus courantes sont données en premier. Dans une version ultérieure, les graphies rares seront probablement écrites en caractères plus petits..
        Vous pouvez faire vos suggestions aux auteurs via le lien donné en haut du clavier: sylvain.coulange@univ-grenoble-alpes.fr

        J'aime

      2. Bonjour.
        Merci pour votre commentaire chaleureux.
        Ce « clavier phonographémique » est dérivé des tableaux de la Lecture en couleurs de Caleb Gattegno, dont il reprend le principe 1 son = 1 couleur. Regardez bien les pictogrammes et les graphies correspondant à [oi], et [oin], ils/elles sont bicolores.
        De même qu’on attend d’un dictionnaire qu’il contienne même le mot rare dont on a besoin, ce clavier doit contenir toutes les graphies du français.
        L’outil est en phase expérimentale. Dès à présent, les graphies usuelles sont données en premier et dans une version ultérieure, elles seront en plus gros caractères que les graphies rares.
        Cordialement.
        Robert Jeannard

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s