Le livre Alfonic. Écrire sans panique le français sans orthographe a été agréé comme outil pédagogique du français par la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Cette institution est également connue sous le nom de Communauté française de Belgique, l’une des trois communautés fédérées de Belgique : elle est compétente pour la région belge de langue française et la région bilingue de Bruxelles-Capitale.

Le livre est suggéré comme outil pour les enseignants de 2e et 3e maternelle (moyenne et grande section) et de 1re primaire (CP).

Le projet qui a sous-tendu la rédaction du livre

L’auteur, notre confrère le linguiste François-Xavier Nève (Université de Liège), y explique le fonctionnement de l’écriture du français et son évolution, tout en soulignant le décalage frappant entre l’orthographe d’aujourd’hui, belle mais très complexe, et la langue orale. Pour nous, adultes qui en avons pénétré les subtilités, l’orthographe ne représente plus un problème – quoique, pas toujours… Mais pour les enfants qui débutent dans l’écriture, il en va souvent autrement. Beaucoup, qui étaient d’abord enthousiastes à l’idée de manier l’outil qu’est la communication écrite, reculent avec appréhension devant les difficultés orthographiques. Le droit d’écrire serait-il réservé à ceux qui maîtrisent l’orthographe ? Ne peut-on rien écrire tant qu’on n’a pas étudié toutes les règles ?

Apprendre à s’écouter parler pour apprendre à écrire

C’est pour canaliser à bon escient l’enthousiasme des enfants, et pour différer la crainte de la faute, que le linguiste André Martinet a créé l’alfonic, à la demande d’enseignants qui cherchaient comment écrire le français temporairement sans orthographe.

Mais sans orthographe ne veut pas dire sans rigueur : si on écrit comme on parle, on doit identifier avec précision tous les sons qu’on prononce. C’est une autre manière d’aborder l’écriture : en « s’écoutant » d’abord. « Je parle donc j’écris » !

Le livre termine par une foire aux questions répondant aux inquiétudes du public, ainsi que par un recueil de textes en orthographe et en alfonic (comptines, poèmes, extraits d’auteurs classiques). Hé oui, même Voltaire peut être transcrit en alfonic sans perdre de son charme.

Un outil fiable

Cet agrément par la FWB constitue une bonne nouvelle pour les enseignants, logopèdes, orthophonistes et parents d’élèves qui souhaiteraient s’inspirer de ce livre, afin d’aider leurs élèves, jeunes ou apprenants adultes, francophones ou étrangers, dyslexiques ou non, dans leur apprentissage de la lecture et de l’écriture du français. Toutes nos félicitations à François-Xavier Nève et bon succès à son livre !

En savoir plus : site de la Fédération Wallonie-Bruxelles

 

4 commentaires sur « Le livre Alfonic, agréé comme outil pédagogique en Wallonie »

  1. Bravo pour cette reconnaissance ! Espérons que l’alfonic va aider de nombreux enfants en difficulté… et pourquoi pas les adultes qui ont besoin d’apprendre à écrire correctement -voire à simplement retrouver confiance en eux pour mieux écrire.

    J'aime

    1. C’est notre espoir le plus cher : rendre la joie de la communication écrite à ceux à qui l’orthographe l’avait confisqué. Une fois que le principe de l’écriture est bien acquis, le passage à l’orthographe est moins douloureux.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s