Un article de Liliane Witkowski

Jusqu’en 1999, j’ai poursuivi une carrière en école maternelle, en milieu urbain.

La nécessité d’une formation en linguistique

J’ai bénéficié au cours de ma formation d’institutrice d’un enseignement en linguistique et le passage à l’alfonic s’est fait naturellement.

Pour les enseignants et les parents d’élèves, l’alfonic ajoute une contrainte par l’apprentissage d’un code supplémentaire. Ces contraintes étaient accrues pour les enseignants par l’investissement personnel : malgré les supports référentiels existants, ils devaient déployer une recherche et une créativité permanentes au quotidien pour l’utilisation de l’outil. L’alfonic devait son efficacité à des enseignants de qualité, adhérents de l’association, qui bénéficiaient d’une formation en phonologie et échangeaient leur expérience et leurs idées.

Un nouvel envol

En 2004-2006, j’ai contribué à l’élaboration des exercices du projet européen « Je parle donc j’écris ». Le projet européen a donné à l’alfonic une autre dimension.

Photo : Steve Buissinne (Pixabay).

Un commentaire sur « L’alfonic à l’école : la formation de l’enseignant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s